02 septembre 2005

Maybe I'm overusing Messenger...

On s'est rencontrés pour la première fois en avril... Je n'ignore pas que le reste de la population humaine t'avait découvert depuis des années-lumières, mais Dieu sait que j'ai rattrapé le temps perdu depuis. Le fait est qu'à présent, je commence à me poser des questions sur notre relation. Certes, nous avons passé toutes nos soirées d'été ensemble (à défaut de partir en boîte), et je ne l'ai pas regretté. Mais ce matin, un déclic s'est produit. Un évènement qui m'a fait prendre conscience de l'importance que tu as pris dans ma vie, en l'espace d'une saison. Je sortais du supermarché, mes courses à la main, et voilà que sur le parking, un homme interpelle son ami d'un ton rigolard : "Hey Mario !" , comme dans la pub. Ma réaction ? Je pense : "Loooooooooooool".
AAAAAAAAAARGH ! Je réalisais à quel point ces longues heures passées à discuter jusqu'à une heure avancée de la nuit avaient eu leur effet sur mon subconscient. Et plein de petits indices qui auraient dû m'alerter me sont revenus, comme autants de petits phosphènes dansant devant mes globes oculaires...
D'abord, j'étais devenue une harceleuse de première classe, à l'affût de la moindre adresse se terminant par @chaudmail.com, sur laquelle je me jetais d'un clic de souris sans pitié afin de l'ajouter à mes contacts.
Je laissais aussi libre cours à l'obsession que j'avais d'une orthographe correcte, n'hésitant pas, à l'issue d'une conversation, à la corriger et à la renvoyer à mon interlocuteur, avec une note sur 10 et, dans ma grande magnanimité, des commentaires et résultats de conférences de consensus sur l'emploi de telle ou telle orthographe pour un mot (exemple : "connexion" ou "connection" ? that is the question...). Je m'étonnais, après coup, de voir ma liste de contacts s'amenuiser avec le temps, avec de plus en plus de personnes qui restaient dans un rouge désespérant. Je parvins tout de même à rassembler ce qui me restait de dignité (et de respect pour la liberté d'autrui à ne pas subir mes niaiseries) afin de résister à l'envie d'installer un block-checker sur mon ordi. Mes principes furent récompensés quelques heures plus tard par cette remarque lapidaire de mon frère : "Je serais toi, j'installerais pas ces conneries sur mon pc, c'est plein de spywares" (remarque à laquelle je répondis, rosissante de fierté : "meuh non, je l'ai pas installé, tu penses bien").
Je me découvrais aussi une qualité que je pensais avoir perdue lors de mes années de primaire : parler, des heures durant, sans me lasser (l'insitutrice en faisait de grossesses nerveuses).. laisser se dérouler le fil de la conversation, à coups de wizz quand je restais m3ell9a plus de cinq minutes sans une réponse à mon dernier mot d'esprit, ou  d'émoticônes propres à exprimer la vaste palette de mes émotions du moment ("chuis contente", "chuis fâchée", "hahaha c'est marrant").Je laissais libre cours à ma créativité artistique et poussais le raffinement jusqu'à coordonner mes images perso avec ma phrase de présentation :
cat

(arrivée d'une traversée de la Manche à la nage)

(decepto

(what's wrong with my haircat ?)

normal_photo_253_0

(tiw)

Un petit échantillon de ce que je pensais être de l'humour et que mes amis désignaient sous une autre appellation...
Par ailleurs, je ne me privais plus du luxe de pouvoir les embêter jusque dans leurs foyers (pour les malheureux qui avaient un poste at home), en m'amusant à envoyer des clins d'oeil à des heures indues de la nuit, après m'être assurée que me victime n'avait pas branché son casque et que donc les haut-parleurs feraient leur boulot de diffusion de bruits de foule en délire et autres klaxons, propres à réveiller leur famille endormie, qui les priverait de dessert pour toute la journée du lendemain.
Quand venait le moment d'aller me coucher, les adieux (pour une séparation de quelque heures de mes interlocuteurs) contituaient le début d'une nouvelle conversation, que ce soit à cause d'une divergence sur l'heure d'un rendez-vous prévu pour le lendemain ou parce que les souhaits de bonne nuit s'éternisaient...
Et quand, les adieux terminés, venait le moment de me déconnecter, je ne pouvais réprimer un sursaut lorsque je voyais la durée de ma connexion (3h26, 2h57...). Je n'étais pas habituée à naviguer sur le net aussi longtemps. Je craignais de sombrer dans la web-addiction, de me retrouver errant dans une molle réalité virtuelle, protégée du rayonnement de mon écran par mes lunettes anti-reflets, avec une perte complète du cycle nycthéméral et plus d'ongles aux mains à cause du frottement continu de mes doigts contre le clavier (mon logiciel de reconnaissance vocale n'étant pas assez rapide pour ma logorrhée).

Je devais tout de même, à mon corps défendant, reconnaître quelques agréments à cette activité... Communiquer, échanger avec des êtres chers était très agréable. Me foutre de ma gueule quand ma webcam faisait des ratés (plus souvent qu'elle ne diffusait des images) et me laissait donc figée dans une grimace particulièrement tordante, l'était encore plus. Avoir une conversation audio et entendre soudainement ma voix se transformer en une succession de sons suraigus digne d'un film bollywoodien ne faisait qu'aggraver la situation puisque le fou rire qui me saisissait, normalement comparable à un hennissement, évoquait alors des glapissements de chihuahua sur lequel on se serait assis par mégarde.

Hélas, il est clair que notre relation doit évoluer... A l'heure où notre rappel au sein de la faculté approche à grands pas, je ne pourrais plus te consacrer mes soirées. Tu risque même d'être utilisé pour des conversations tournant autour de mes études, et ça, je voulais te l'apprendre moi-même, afin que tu t'y prépares psychologiquement. Finies, les études comparées des candidats de Koh Lanta et de ceux de l'Ile de la Tentation. Tu risques de voir des mots comme "préparation", "cours" et peut-être même du vocabulaire scientifique, dans les rares fois où tes fenêtres de conversation seront ouvertes. Il va falloir être fort...

PS : pour ceux que l'Ile de la Tentation fascine, deux sites : le premier et pis le deuxième

Posté par Sun Li à 12:59 - - Commentaires [9] - Permalien [#]


Commentaires sur Maybe I'm overusing Messenger...

    :-((((((

    khassna une thérapie de groupe pour guérir de notre msn addiction...j t'invite alors à rejoindre un room f l paltalk créé pour had lgharad...
    bientot c'est les cours dial gynéco qui remplaceront tbérguig sur l msn...et ça c'est trés REGRETTABLE...

    Posté par zagh, 02 septembre 2005 à 22:50 | | Répondre
  • Perplexe

    Salut la belle plume,

    J'ai du attacher ma tuque, you know what, I've read many intelligent and bright people. But I have to admit that you possess an incredible wit. Bref, j'adore te lire, ton esprit vif est absolument admirable et j'aime ton sens de l'humour. Bonne rentrée et au plaisir de te relire.
    Cordialement,

    Posté par Loula, 02 septembre 2005 à 23:44 | | Répondre
  • Zagh> g un exemplaire du poly de gynéco de l'année dernière et pour l'instant je l'utilise pour me msucler les bras...ça va chercher dans les 400 pages ..
    Loula> thank you so much. Such a compliment has all the more value coming from you... I hope to keep you all entertained even after I'm back to work and thank you for your patience (I just realised that this post is LONG !)

    Posté par Sun Li, 03 septembre 2005 à 00:18 | | Répondre
  • سلام

    سلام
    أولا أنا جد سعيد بقراءتك مرة أخرى
    ثانيا هذا الموضوع يؤكد مرة أخرى قدرتك الكبيرة علي التعبير فما يبدو عاديا يتحول بفضل اسلوبك لمسائل عميقة
    نعيد التفكير فيها بتأني
    شكرا لك

    Posté par BLUESMAN, 05 septembre 2005 à 14:35 | | Répondre
  • Encore une fois je suis en retard, je n’étais pas là ma belle, j’étais en période de sevrage…
    Je me suis retrouvée dans tous tes mots – si agréables, et très fluides- je me suis identifiée à ces états de conversations stériles non finies, à ces interminables adieux insensés…
    C’est vrai qu’on communique, mais bon, à la fin, je me retrouve à dire « lol » chaque fois que j’ai envie de rigoler d’un truc, à dire « lu » pour saluer quelqu’un, ou encore à « grrrrrrrrrrrrrrr » pour exprimer ma colère…
    C’est une addiction, une vraie, et tout le monde en souffre, et si tu veux parler d’une thérapie de groupe Amine, faudra peut être faire une planétothérapie…et the best way, serait via messenger :p lol
    Tu me manques…

    Posté par Manal, 05 septembre 2005 à 19:22 | | Répondre
  • Tiens on venait d'en parlait avec Manal y'a pas longtemps... C'est un phénomène qui prend de l'ampleur dans la vie des jeunes et des moins jeunes... Que faire pour revenir à notre monde réel et par la meme occasion se détacher du virtuel...

    Posté par Bsima, 01 octobre 2005 à 23:23 | | Répondre
  • rien : c'est trop bon !

    Posté par Sun Li, 02 octobre 2005 à 21:37 | | Répondre
  • merci pr ta petite visite je fé de mm,
    tres bo style, simple et réel à la fois...et dieu sé combien complexe est notre réalité...
    douée m3a rassek
    safi baraka 3lik men sbagha lol

    Posté par libelfly, 11 octobre 2005 à 17:05 | | Répondre
  • let's sbagh each other mre7ba bik fle blog whenever you want

    Posté par Sun Li, 12 octobre 2005 à 23:24 | | Répondre
Nouveau commentaire